L'arrivé de Tékila

Publié le par Jibé

 

Jeudi 8 décembre 2005 au soir, j’apprenais que le petit chien que j’avais réservé à Savigny Le Temple avait été déjà vendu à quelqu’un d’autre. J’étais très déçu. Mais ne voulant pas en rester là, je me décidais à regarder rapidement sur internet des annonces de chien. Je tombait rapidement sur une annonce concernant des chiots type Jack Russel, à 180€ tatoué et vacciné !! J’avais découvert les Jack Russel à Paris, le nouveau chien à la mode dans les quartier branché. Ce n’était pas le côté branché qui m’avait attiré, mais bien la petite bouille amusante et pleine d’intelligence de ce quadrupède.

Hélas, les Jack Russel étaient bien au dessus de mes moyens, et quasiment impossible d’en trouver dans les SPA ou autres refuges.

J’étais donc très étonné de trouver une annonce à ce prix… Le lendemain matin, je décidais d’appeler le n° de l’annonce, en me disant que s’il n’y avait pas d’erreur sur le prix, tous les chiots devaient avoir été réservé !

Quelle joie me saisit alors quand la personne au bout du fil me dit qu’il en restait une, une petit femelle Jack Russel. Je lui dit tout de suite de me la réservé et m’organisait pour aller la chercher le soir même, trop peur qu’une fois de plus l’occasion me passe sous le museau !

 

Le soir arrive, et je débarque dans une jolie ferme ou paysan et sa jeune fille, tous deux très gentils, m’accueillirent.

On se dirigea vers des enclos, bruyants, où l’on devinait sous des grillage des bassets et Jack Russel en famille.

L’homme ouvrit une des caisses, et me tendit deux chiots, il me dit : « choisissez, l’autre sera prise par une dame qui devait venir avant vous, vous serez le premier servi ! ». Toujours difficile de choisir un petit bout de vie, c’est bien différent d’un objet, j’aurais préféré qu’il me tende le chiot dans la main, sans me laisser le choix. Mais le museau tacheté et charmeur d’un petit bout tout dodu me fit rapidement penché.

J’appris que la mère était la chienne de la petite fille. C’est elle qui s’en occupait, et c’est à elle que revenait les 180€. Content de cette nouvelle, je lui demandait comment elle l’aviat baptisé jusqu’à maintenant. Elle me répondit : « Tékila ».

C’était fait, je garderais ce nom, qui lui va de plus très bien, pour la petite chienne tremblante qui se cachait à présent dans mon pull.

J’arrive finalement avec elle à l’appartement, où gamelle, croquette eau et panier l’attendaient déjà. Elle compris vite que le panier serait dorénavant son refuge, et doucement pris connaissance des lieux.

Nous étions Vendredi 9 décembre 2005 au soir, et Tékila rentrait dans ma vie !

Publié dans tekila

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lisa 13/01/2007 22:21

c'est beau comme histoire plein de bonheur a vous et au pti bout de chou !!